dimanche 9 octobre 2011

Petit message explicatif :

Sans avoir abandonné ma rédaction du journal des dandys je passe en ce moment plus de temps sur mon autre blog
http://attiasdelcuratolophoto.blogspot.com/

http://2.bp.blogspot.com/-JNkMvlKt2MA/Tno6xOSJnSI/AAAAAAAAAB0/ZaIRnh0NflI/s1600/mahault-cadc.jpg

jeudi 22 septembre 2011

Mode / Défilé de fin d'années des étudiants en 1ère année de Institut Fr de la Mode/ 30 mai 11 /CADC indice 0,5



L'institut française de la mode proposait de voir le défilé de ses étudiants en 1ère année. Ces jeunes créateurs ont élaboré des prototypes de vêtements essentiellement  pour femmes qui étaient étonnamment, très, même voir trop sage à mon goût ! § Certes, je dois reconnaître être des plus sophistiqué stylistiquement et statistiquement, et donc, quelque peu blasé par des créations assez conventionnelles même si nous sommes en pseudo période de crise. 

Je fus cependant d'accord pour attribuer le prix coup de coeur du jury à Clément Lomellini. Pour cette version de la soubrette (ci dessous) appelée aux states french maid .


vous remarquerez les petits nuages en dentelles permettant de dissimuler les éventuelles taches occasionnées par un nettoyage au sofitel...Bien que je pense que les tenues ont dû évoluer depuis le petit scandale des mois derniers...
A lire sur ce clip remix du Fashion Rules de Chicks on speed 

En tout cas, pour des étudiants de 1ère année, c'est courageux de se lancer sur la périlleuse pente de la couture et ainsi de montrer les ébauches de leurs styles naissants...    
Il faut savoir être indulgent avec les jeunes pousses vertes qui tentent de pointer leur fleur hors de la neige et autres verglas ...

En tout cas j'ai apprécié le résultat de l'enseignement avec Gaspard Yurkievich en cette robe (ci dessous) savant  mélange humouristiquo -érotique avec un peu du style version tendresse et couleurs pastels,  et la version blanche des harnachements des gays cuirs  ...


Dans la foule des invités quelques détails de mode éparses :
 comme ce plongeant dos nu terminé par l'anneau au double C

la veste derby avec le foulard çà dandyse toujours !


En tout cas, il y a de bien belles étudiantes en 1ère année, qui plus est en version stéréo!




samedi 17 septembre 2011

Mode vs Art / soirée the canvas experiment par la marque converse avec D. Kraaijeveld, O. Fremineau / 24 mai/ CADC indice 0,6

A écouter sur cette interprétation des plus délirantes en s'armant d'un très puissant sens du décalage mélomane

La marque Converse rendait honneur à celle qui l'a célèbré à l'échelle planétaire : la sneaker Chuck Taylor, qui est sans doute la chaussure la plus portée au monde... Pour cela et intelligemment la marque Converse a sponsorisé des artistes afin de mettre en valeur cette icône pédestre dépassant ainsi le cadre momentané et donc oubliable de la communication vers une dimension touchant au sacré : l'Art . 
Ci dessous une oeuvre à la limite du Pop Art de l'artiste batave Diederick. Kraaijeveld. Comme une mise en abimes cette marqueterie est faite à partir d'un plancher d'un terrain de basket de Detroit.
elle me rappelle le grand précurseur du pop Art Jasper Johns qui insérerait des bouts de papiers journaux afin d'épaissir et matièrerait sa peinture faite à base d'encaustique comme dans ces 3 flags de 1958 ci dessous.  Mais encore, c'est dans le choix de cette converse à drapeau en particulier et au fait de la lier avec un vieux plancher de Basket que je trouve cette œuvre intéressante car elle renvoie à ses origines elles mêmes Chuck Taylors qui fut un joueur des Harlem Globetrotters !


Et ce clin d'oeil aux origines du génie des Harlem Globetrotters comme des héros américains qui ont su porter fièrement les couleurs de leur drapeau  je trouve cela touchant  ...
Une autre des œuvres proposées c'est cette installation de Olivia Fremineau . Cette mise en scène assez "Art contemporain" un peu référencée à l'installation posthume "Etant donné" de Marcel Duchamp de 1969, 
 cependant j'aurais quitte à trouer la photo fait passer la mise en scène du dauphin gonflable qui saute par cette orifice non ?  
Afin de créer une dynamique en concordat de perspective et de narration  ...

Du coup j'ai bouché le trou avec une jolie fille souriante...
Par ailleurs, je dois reconnaitre ne pas être très basket dans mon look old fashion, j'aurais tout au plus porté ce modèle de golf d'un des invités.(Olivier Mulin) ..
Par CADC.



mercredi 7 septembre 2011

Mode/show room de AF Vandevorst au Doors Studiole 23 mai 11/ CADC indice 0,5

A lire sur :

Ce joli mini tigre rôdant dans le Door Studio est venu se lover au centre de la mise en scène du Show room de  AF Vandevorst, à l'endroit où viennent se croiser les regards il doit faire plus chaud peut être.

Cette mise en scène reprenait fortement l'esthétique du grand Joseph Beuys notamment dans ce costume clairement inspiré du costume de feutre de 1970 (ci-dessous) .  

A la vue de la quiétude de ce petit chat nous pouvons imaginer que AF avait réussi à faire un miracle pour que sa laine ne gratte pas   !
Mettre ses vêtements dans un décorum d’hôpital c'est plutôt périlleux quand même comme communication!. 
Et à nouveau nous retrouvons un des concepts de Beuys celui du vêtement médicamenteux  inspirés par son expérience personnelle quand les Tatares le sauvèrent de l'hypothermie en l'enroulant dans du feutre.Ci dessous repris par Maurizio Cattelan en 2000...


 
Vandervorst réinterprète aussi  le pyjama croix rouge avec coussin intégré ...
 
Je préfère la finesse et la grâce de la version de Viktor &Rolf   quant même!

En tout cas il y avait une vrai Dandy girl pour faire honneur à une de ses jupes!

dimanche 4 septembre 2011

Arts & Photos / Hotel de Sauroy exposition collective "Poils & Plumes" 23 mai focus sur le traval de Nick Brandt / CADC indice : 1,3

à lire sur : 
Dès l'intitulé "Poils & Plumes  nous voilà transportés vers un retour à la faune. Hormis quelques unes qui en ornent leurs chapeaux et quelques écrivains qui se la logent dans le cul nous avons fort peu de plumes... Quant aux poils nous essayons de les soustraire de la surface de notre corps la plupart du temps. Ainsi nous tentons de moins voir le singe que nous sommes nous considérons les animaux hormis les chats et les chiens comme du bétail que nous ridiculisons autours de la notion de bêtes... 
Rien de tel que de voir les sublimes travaux de Nick Brandt pour enfin sentir que derrière ces fourrures se cachent des semblables ...
Nick Brandt..

En effet l'homme ne descend pas du singe mais EST toujours un grand singe. Nous avons bien inventé la notion de dieux afin de justifier d'un statut hors de la faune,  pourtant nous n'en sommes pas supérieur c'est juste que des mensonges anthropocentriques... Certes nous avons "maitrisé" le feu entre 400 000 et  790 000 ans cependant nous restons toujours des singes habillés qui jouent avec les allumettes, nous ne maitriserons bientôt plus l'incendie que nous avons déclenché avec notre pollution comme dans le livre "Pourquoi j'ai mangé mon père" de Roy Lewis...

Nick Brandt
Nous regardons le gorille avec la peur d'une machine puissante pourtant cet "animal" est  bien plus tendre que les vigiles qui gardent nos endroits...

Je vous invite à voir sur le sujet des liens humano simiesques aux travers de l'histoire d'un gorille devenu "humain" dans la pièce de Brontis et Alejandro Jodorowky " Le gorille".Ici en extrait en espagnol



Dans les autres travaux à propos de l'intimité avec nos frères de Bornéo il y avait cette photo de Juliette Agniel aussi. 

Je vous conseille aussi une partie de ce film ...


Il faut savoir cultiver le singe qui existe en nous...







samedi 30 juillet 2011

Arts/ exposition du collectif France Fiction au Musée du Jeu de Paume / 22 mai 11/ CADC indice 1, 2


A lire sur  Bille Jean :.
Le collectif parisien "France Fiction" qui est composé de MARIE BONNET, STÉPHANE ARGILLET, ÉRIC CAMUS, LORENZO CIRRINCIONE et NICOLAS NAKAMOTO, est invité à produire une exposition du 24 mai au 25 septembre au Musée du Jeu de Paume à Paris. 

Et dès l'introduction en ces lieux, je fus frappé par l'esthétique totale et raffinée de ces artistes.
Nous nous retrouvons dans "une cérémonie" dans laquelle tous les détails sont élaborés afin de créer une immersion totale. 
Comme l'avait fait J. Beuys en son temps la mise en scène est totale. Beuys appelait cela "la conduite esthétique" quand le niveau d'intervention touche à l'ensemble du visible (installation, action, langage, vêtement, accessoires, lumières... ).Cette exposition s'articule autours d'un club de joueurs de billes géré par le sous ensemble France Fiction, qui se nomme : Billes -Club Concordance Accident. Nous sommes autant face à de la performance qu' une proposition d'agir en rejoignant ce club.! Pour cela il faudra les contacter et se faire initier au règles du jeu qui paraissent impénétrables  ......
Ainsi, le 14 juillet, des nouveaux membres ont pu être introduits lors d'une grande partie, à condition d'avoir une chemise blanche et des souliers propres. Comme à Wimbledon ou comme chez les tireurs d'escrime, cette tenue virginale et immaculée est une vulnérabilité à la tache et autre marque dans l'action, ceci pour montrer les traces écarlates du premier sang versé, j'adore!
  
 
Évidemment, je fus saisi par le raffinement vestimentaire de ce club nous touchons ici à du vrai dandysme esthétique, un dress code commun  tout de blanc avec une veste noir un écusson en forme de pentagone, des rehauts en broderie (voir sur le revers de la manche ).
Pourtant cet uniforme n'en est pas un ; car chacun des artistes y est allé de son adaptation personnelle : les chaussures, des différents cols de chemises ainsi leurs nouages , car nous avons à faire à un groupe dont chaque membre à une forte personnalité. France Fiction est une chimère à 5 têtes,  d'où une métaphore probable en utilisant  le pentagone comme emblème ...   

Sur une des mezzanines longeant l'escalier qui descend jusqu'à la surface où l'on peut jouer aux billes, il y a plusieurs vitrines montrant les divers accessoires du Club. Ces vitrines me rappellent encore le grand  Joseph Beuys  
Après tout, c'est l'écrin logique afin de présenter des accessoires de performances .

En tout cas, c'est dans une de ces vitrines qu j'ai pu approcher l'objet central de la mise en scène : la bille! 
Ces billes de jeu sont en acier et comme on me l'a expliqué plus tard, elles ont  différentes phrases gravées dessus.

Et c'est en réalisant la matière dont étaient faites ces billes de l'acier, que je me suis dis qu'il y avait peut être une ellipse tragique autours de ce jeu. Car jouer avec des billes d'acier nous fait clairement passer dans une catégorie de jeu d'adultes ... D'un coup, la bille d'acier s'est mise à tournoyer dans la machine à laver de mon cerveau et dans sa révolution elle a heurté, au détours d'un méandre de mon cerveau, un poème de Jim Morrisson du livre une prière américaine qui dit : "tout jeu contient l'idée mort"... 
Je me suis donc mis à m'imaginer un scénario sur les règles, selon lesquelles il faudrait passer à travers le pentagone  avec ces micros boulets en acier tout en évitant les billes blanches en sentinelle dans les angles  afin de voir sa bille apparaitre dans le miroir ?
  
Et  c'est là où j'ai compris l’intérêt des miroirs comme une parabole de la foule médiatique?
Une sorte de  jeu pour des généraux soviétiques à la retraite? 
 Enfin c'est une option explicative... 

Aussi non, ce jeu avec cette mini sphère me rappelle les facéties de Chaplin dans le Dictateur ..
Après tout, c'est sans doute avec un certain cynisme sur un bon nombre de symboles que les France Fiction jouent leur poésie car finalement toute l’œuvre semble servir un propos décalé aux règles incompréhensibles afin de générer un discours poétique ...

Jugez par vous même de leur présentation vidéo..

Par CADC indice 1, 2

mardi 26 juillet 2011

Réintroduction du dompteur dans la cage aux fauves Dandyesque / CADC

Alire sur
J'avais quelque peu disparu à cause de la destruction de mon disque dure ....

et de mon séjour juillettiste dans le sud auprès de ma tendre et savoureuse méditerranée ...

Mais vous m'avez manquer et je suis touché de votre assiduité à avoir autant consulter le blog  malgré ma mise à distante fortuite ...

Dès demain un article!!

samedi 2 juillet 2011

Dandye girl en jeans 80'style / Laetitia vernissage Jeremy Bennequin devant la Galerie du jour Agnès B / 19 mai / CADC indice 1,

à lire sur
 
Cette souriante membre de la culture a toujours réussi à combiner les vêtements de manière harmonieusement novatrice. 

This smiling member of the cultural sphere always succeeded to combine clothes in a harmonious and innovative way.  

Remarquez l'enchainement de la gamme chromatique entre le rouge à lèvre, les bandes du blouson, le sac et les talons ; ce rose fuchsia revitalise le bleu passé et séquence la silhouette par touche féminine. 
Il faut bien reconnaitre que l'on ne peut être un professionnel de l'art et ne point avoir l’œil sensible aux diverses dimensions du beau. 

The chromatic range coordination is particularly noticeable from red lipstick, jacket’s stripes, bag and heels; this bright pink revitalizes the washed blue and organises the silhouette with a feminine touch.

It has to be admitted that no one can be an art professional without a sensitive eye for different aesthetical dimensions. 


 
Mais là où elle se démarque de la masse des jeaneurs, c'est dans cette variante dans la coupe du jeans car le sien est taillé en pantalon à large ceinture avec de nombreuse pinces à l'italienne, quant à son haut il est aussi en toile denim mais traité au lavage snow et avec un revers dans l'échancrure du col qui lui confère une coupe stylisée.



But she really stands out from the general “Jeaners” group with the cut of her pair of jeans. Her trousers are designed with a wide belt and several Italian pleats, her top on the other hand has a stylized cut it is made with denim but with a snow wash and lapel on the low neckline.



Le tout tend vers un clin d’œil élégant à la mode des 80's, mais sans pour autant avoir l'air d'une adepte 


The all is an elegant reference to 80's fashion, without looking like an aerobic or a smurf fan.  

de l'aèrobic et autre smurf .

Souvent je me pose la question : "est ce que le jeans peut être repêcher au terme du Dandysme". Pour moi, il est le conformisme galvaudé des décontractés du style. Ce basique uniforme de la masse est  un ancien vêtement de travail ou de cavalier. 


Often I ask myself this question: can jeans be saved by dandysm? For me, it’s the symbol of dull conventionality for casual style. This basic uniform for the masses is an old working garment or at least a rider’s clothing that has been vulgarised to such a point that I can’t find any relevance or eccentricity in it.    
qui s'est vulgarisé à tel point que je n'y trouve plus aucune pertinence ou excentricité. 
Aujourd'hui tout le monde en met avec des t shirts et des tennis... Des fois qu'il faille faire un déménagement dans l'urgence ou voir à improviser un petit peu de sport salissant.  



Today everybody wears it with t-shirts and tennis shoes… Just in case there would be a move to do on the spot or a dirty sport to improvise. 



 

Quant à l'exposition de Jeremy Bennequin des crayonnages à la mine de plomb gommés ...Mouais...Ces travaux ne m'ont pas vraiment touché......


Regarding Jeremy Bennequin’s exhibition his rubbed graphite sketches… well… his work didn’t really appeal to me…  






Des sortes de recherche autour du langage de graphisme et autre print art qu'il a retravaillé à la main cela me fait penser des graphiques scientifiques...
Qu'en pensez vous?



This kind of research around the graphic language and other art prints he reinterpreted made me think of scientific technical drawings…

What do you think? 

Par CADC indice : 1